POURQUOI J’AI CHOISI LE ROTTWEILER

Avec Thör, mon fidèle compagnon et assistant

Avec Thör, mon fidèle compagnon et assistant.

En 1989, lorsque j’ai débuté  à travailler dans le monde du comportement canin, la race de chien qui avait la pire réputation était le Rottweiler. On les disait des tueurs avec une force phénoménale. On les voyait dans les films d’horreur comme Damien la Malédiction ou d’autres productions dans lesquelles ils étaient représentés comme des bêtes féroces et sanguinaires. C’était “la race à bannir” et plusieurs villes les interdisaient sur leur territoire.

Comme j’analyse toujours ce qu’on dit et raconte, je ne pouvais croire qu’une race pouvait être à l’origine de comportements dangereux tout comme chez l’humain la race ne fait pas la qualité d’une personne. Et bien que tout le monde me conseillaient de travailler avec un Golden Retriever parce que c’était alors  » la meilleure race » pour la famille, comme je n’ai de ma vie jamais choisi le parcours le plus facile j’ai opté de travailler avec le Rottweiler pour prouver à tous que n’importe quelle race peut faire un bon chien de famille s’il a été adéquatement éduqué.

Mon premier Rottweiler s’appelait Zeus, et avec lui je réussis la même année le titre de 3e Rottweiler au Canada en obéissance et 9e Chien de Travail au Canada en Obéissance lors des compétitions nationales du Club Canin Canadien.

Et depuis, après 27 ans de pratique je prouve que race et comportement sont deux. Je l’ai prouvé avec mes Rottweilers, avec des Pitbulls, des Dogues de Bordeaux, des Mâtins de Naples, des Cane Corso, American Bully, Dogues Argentins et autres.

Thör mon compagnon actuel côtoie jeunes enfants, souris, lapins, chats, chevaux et autres. Il travaille avec des chiens surexcités, craintifs, agressifs et dangereux sans broncher afin de les aider à se réhabiliter. Il a même participé à l’épisode 24 des Beaux Malaises de cette saison (2016) dans le rôle du chien de garde « Attaque » de Louis Champagne.

Sur ma page YouTube, plein de vidéos témoignent de ce que j’avance. Jamais je ne refuse un chien sur le critère de sa race, sa taille, son âge ni même la gravité du problème rencontré et j’ai des contacts directs avec chacun des chiens que je réhabilite peu importe son degré de dangerosité. L’éducation est basée sur la psychologie et la relation entre le chien et son maître ainsi que le contrôle que celui-ci doit exercer sur son animal tout en lui fournissant un exutoire à son énergie afin qu’il puisse acquérir l’équilibre émotionnel essentiel à une vie harmonieuse avec les humains.

Une race vient avec des capacités physiques pour accomplir un travail particulier. Le comportement vient avec l’éducation, le travail, la socialisation et le contrôle exercé par le maître du chien.

L’humain aussi est un animal et aucune race n’est mauvaise ou bonne. Tout dépend de l’éducation et de l’environnement. La dangerosité n’est pas génétique. Un enfant issu de parents agressifs le deviendra par copiage et éducation et pas par la génétique.

Juger un animal sur des bases raciales et des mythes c’est du racisme, et rien d’autre.

Sylvain Duchesneau, Comportementaliste Canin
Terrebonne, Québec
www.educanin.com
sylvain@problemedechien.com
450 325-2297

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *